You are currently viewing La rumination mentale : comment se libérer l’esprit ?

La rumination mentale : comment se libérer l’esprit ?

La rumination mentale est le fait de ressasser un événement. C’est se repasser en boucle une situation qui a causé une émotion négative. Par exemple : la colère, la peur, la honte ou encore la culpabilité. Elle est un appel à la recherche de solution. Elle crée alors une charge mentale orientée vers la situation vécue ou appréhendée comme difficile pour trouver une issue favorable.

Pourquoi rumine-t-on ?

Ruminer est en général une réponse à la peur face à un éventuel danger. Je précise général car cela peut –être aussi suite à la colère, un besoin de justice qui s’exprime et se ressasse pour savoir comment l’obtenir.

Elle peut naitre aussi des suites de la honte ou de la culpabilité qui fait ensuite place à la peur. Elle représente  une peur éventuelle ou avérée d’être jugé(e), rejeté(e), abandonné(e), discrédité(e), disqualifié(e), dévalorisé(e), etc…

Cette réponse s’exprime donc par la rumination mentale qui reflète en réalité une recherche de solutions face à la situation. Les émotions négatives qui en ressortent sont des signaux. Ils nous indiquent la voie à suivre pour mettre en lumière LA solution vers laquelle s’orienter.

Là où la rumination devient embêtante, c’est lorsqu’on ne parvient pas à comprendre d’où elle vient. Quand on n’arrive pas à mettre de sens. Dans ce cas, c’est l’angoisse qui prédomine. Avec boule à l’estomac, « prise de tête », tremblements, mains moites, bouffées de chaleur, manque de confiance en soi et l’adversité, on se ronge les ongles, etc… L’angoisse est une émotion dérivée de la peur qui traduit un manque de sens sur une situation, un comportement, un état, etc… Comment faire pour que tu mettes du sens ? Et bien en t’écoutant : en apprenant à identifier, comprendre et gérer tes émotions ! Ici, notamment la peur.

Rumination et hypersensibilité

La rumination peut survenir dans n’importe quel moment, suite à n’importe quel événement. Les émotions étant plus vives chez les hypersensibles, c’est tout de suite plus impactant ! ^^’ Du plus bénin au plus contrariant.

Et ce, quelque soit le milieu : professionnel, familial, amical, social, après une sortie, un coup de téléphone, une conversation, une action personnelle, etc…

Je me suis rendue compte personnellement que la rumination chez moi naissait d’une relation toxique que j’ai eu avec une personne malveillante que l’on peut qualifier de perverse narcissique. Je n’avais pas confiance en moi et je craignais ce qu’elle pouvait penser et surtout dire sur moi.

Les émotions phares étaient la colère et la peur bien entendu. Donc le problème principal était la peur de ce que les autres pensaient de moi et la colère de ce qui pouvait être dit « d’injuste » !

A partir du moment où j’ai compris mes émotions, gagné confiance en moi et que j’ai su qui j’étais et ce que je valais cette personne n’avait plus d’emprise sur moi et j’ai cessé de ruminer ! Je l’ai vécu comme une délivrance, je retrouvais mes facultés de raisonnement, de discernement et je retrouvais une tranquillité au niveau de mes émotions. Mais le plus important c’est ce que j’ai retenu (ou appris) : peu importe ce que disent ou pensent les gens, l’essentiel dans la vie c’est ce que l’on pense de soi-même !

citation_image de soi_être bien avec soi-même_exploration bien-être

Les signes et conséquences de la rumination mentale

Ces signes sont généraux, tu peux ne pas te retrouver en tous (chacun vit les événements en fonction de soi 😉 )

  • Augmentation du stress
  • Etat d’hyper vigilance (être sur le qui-vive et sous pression sans arrêt)
  • Elévation du rythme cardiaque et de la tension artérielle
  • Maux de tête (voire migraines) et de dos
  • Augmentation des pensées négatives
  • Emergence d’émotions négatives
  • Insomnie
  • Réactions défensives (pouvant être perçues comme agressives)
  • Repli sur soi, isolement social
  • Inhibition de l’estime de soi
  • Diminution de la confiance en soi
  • Mauvaise image de soi
  • Changement d’alimentation (soit baisse de l’appétit soit au contraire on se réfugie dans la nourriture…)
  • Frein de la créativité
  • Perte d’envie de faire des choses basiques du quotidien
  • A long terme peut amener à une dépression

Comment arrêter de ruminer

En 1er lieu, comme chaque fois que tu te retrouves face à une situation quelle qu’elle soit, identifie ce que tu ressens. Ici il s’agit de la peur, prend conscience que tu as peur, que tu as des angoisses voire du stress et que l’émotion principale qui s’exprime c’est la PEUR. La thérapie cognitive et comportementale est très adaptée pour aider à déterminer les sources de nos peurs et pensées limitantes.

Une fois que tu as identifié tes peurs profondes, demande-toi ce qui se cache derrière :

  • De quoi as-tu peur ?
  • Est-ce que cette peur est réelle ou bien est-ce qu’elle est potentielle, c’est-à-dire avec forte chance de ne jamais se produire ?
  • As-tu déjà connue cette peur ou est-ce une nouvelle peur ?

Mettre en lumière tes peurs et les accueillir, c’est comprendre tes blocages pour avancer dans ta vie. Ainsi, tu vas mettre du sens sur ce que tu vis au quotidien et dépasser les troubles anxieux et dépressifs que ces peurs peuvent générer en toi.

La peur est bien souvent uniquement dans notre tête et reflète nos peurs irréelles que l’on redoute de voir se réaliser. C’est également ce qui nous maintient dans notre zone de confort,  dans ce que l’on connait et donc ce qu’on a du mal à « lâcher » même si c’est parfois néfaste pour son bien-être.

Les astuces de coach

1 . La visualisation positive

En prévention comme  en résolution de « problème ». En effet, cette dernière va te permettre de booster et de maintenir ton ratio positif. Par conséquent, lorsque tu auras à faire face à un coup dur, tu auras en toi l’énergie nécessaire pour affronter la situation. Tu ne seras pas envahie par les émotions négatives et tu auras ainsi accès à ton raisonnement pour mettre en place une solution adaptée de suite et continuer ta voie. Elle aide à maintenir ou retrouver un état d’équilibre émotionnel

2 . L’écriture

C’est aussi une méthode magique pour éviter la rumination car elle te permet d’extérioriser et ne rien garder en toi. (Ce qui est dehors n’est plus dedans, donc « digéré »). Comme elle aide à l’introspection, elle met en lumière le sens de la situation mais surtout les émotions. Elle aide donc à comprendre ce qui se passe.

3 . La relaxation.

Celle-ci aide à lâcher-prise et à faire taire les pensées négatives. Elle t’invite à te recentrer sur toi, sur ta respiration, sur ton ressenti et ce qui se passe dans ton corps. Elle met momentanément sur « pause » ton cerveau en ébullition et t’offre alors un moment de répit pour te retrouver et te reconnecter à ton corps et avoir un état d’harmonie corps/esprit. Tu vas de nouveau avoir accès à la raison pour avoir une vision plus posée sur les événements et envisager une solution.

Ma guidance spéciale havre de sérénité sur ma chaîne YouTube est absolument à tester pour calmer tes ruminations mentales !

4 . L’accompagnement personnalisé :

Une écoute bienveillante et sans jugement qui te permettra d’avancer en toute sérénité. Si tu ne parviens pas à te canaliser et que tu manques de discernement et que cela t’empêche d’avoir une vision claire de ta situation et de tes émotions, tu peux toujours faire appel à une aide extérieure. Je te propose moi-même mes services de coaching pour t’aider à gérer tes émotions, mettre du sens sur tes angoisses et t’accompagner pour retrouver un état d’équilibre et de sérénité.

rumination mentale_cesser de cogiter_identifier ses peurs_avancer sreinement

Raconte-moi pour toi :

Dans quels cas rumines-tu ? Cela t’arrive-t-il souvent ? Quelle est « ta » peur ?

Si tu as des questions auxquelles tu souhaiterais que je réponde, écrit-les également en commentaire ou contact-moi via le formulaire de contact par => ICI

En attendant, prend bien soin de toi !

Joy

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire